Switch Blog

 

Laura, c’est la petite dernière du cabinet.  C’est un peu notre Jesse Quick à nous. Je vous vois venir : « Oh non, il nous saoule encore avec ses références de geeks celui-là ! ».

Sérieusement, elle est tellement rapide qu’il paraîtrait que ses pieds lancent des éclairs lorsqu’elle court !

A l’aube de sa compétition au Championnat de France, elle nous fait l’insigne honneur de nous parler de sa passion, le 800 mètres, et de la corrélation entre le sport et son métier de RH.

Florian : Laura, pourrais-tu un peu nous parler de ta discipline sportive  ?

Laura : Pour situer le contexte, je fais de l’athlétisme depuis 12 ans, la course est une vraie passion. L’hiver je fais du cross pour préparer la saison estivale. Le 800m est vraiment une discipline que j’affectionne particulièrement car il y a un aspect d’endurance mais aussi de vitesse avec un côté stratégique. C’est ce que j’aime dans cette discipline, il faut se battre un petit peu, mais toujours dans les valeurs du sport et dans les valeurs de respect. Puis il y a cette notion de dépassement de soi aussi, la préparation est plutôt intense.

F : Vois-tu une corrélation à faire entre le monde du sport et le monde professionnel ?

L : Le sport m’aide dans mes projets pros et persos, cela me permet d’avoir de la détermination et du mental, tout simplement. Dans le sport, comme dans mon travail aujourd’hui, il faut savoir concilier la vitesse et l’endurance, donc oui, je pense que l’on peut établir une corrélation entre les deux. Dans les deux cas, il faut rester motivé sur le long terme tout en sachant saisir les opportunités et se fixer un but pour atteindre les objectifs que l’on s’est fixé.

J’aime avoir un challenge et des objectifs, ça me stimule. Dans la course, on se bat vraiment contre soi-même, pour tout donner et pour se dépasser. Je pense que c’est important dans le monde de l’entreprise aussi, cela permet d’avancer et de sortir de sa zone de confort pour donner le meilleur de soi.

F : A la veille du championnat de France, tu es plutôt confiante ?

L : J’y vais surtout pour me faire plaisir, pour terminer ma saison, puisque c’est la dernière compétition de l’année. Cela permet de donner un sens à toute la préparation et aux entraînements qui ont été faits en amont. Donc je suis plutôt dans une bonne optique, motivée ! J’ai envie de battre mon record, de tout donner et d’être fière de l’accomplissement que j’ai réalisé.

Toute l'équipe de Switch Over te souhaite bon courage ! 

Témoignage de Benjamin BENDAHAN

Benjamin BENDAHAN, alias Ben, c'est un peu le Ben Grimm de Switch Over ! Oui vous savez, La Chose des 4 fantastiques.

  

Bien qu'il ne soit pas fait de briques mais bel et bien de chair de sang, ce solide gaillard de 2m... bon peut-être 1m90 (de mon point de vue de nabot d'1m78, ca ne change pas grand chose) se paye le luxe d'être le mec le plus sympa du cabinet et d'être toujours partant quand on a besoin de son aide, à l'instar de notre super-héros de pierre. Ben est d'ailleurs mon fournisseur officiel d'offres d'emplois à poster sur le site Switch Over et sur notre page Linkedin.

Aujourd’hui, Ben nous fait l’insigne honneur de témoigner sur son expérience de stagiaire au sein du cabinet de recrutement Switch Over.

Flo : "Alors mon "petit Ben", nous sommes ici aujourd'hui pour revenir sur ton expérience en tant que stagiaire au sein de Switch Over... (J’ai vraiment dit “mon petit” ?).

Flo : ...raconte-moi un peu ton histoire chez SO !

Ben : Quand je suis arrivé chez SO, j’étais le premier stagiaire à être sur une partie commerciale (ndlr: business manager), c’était un challenge important pour moi et c’était gratifiant de voir que l’image que je pouvais renvoyer a pu pousser la direction à tenter l’expérience. Comme je l’ai dit, je n’avais pas du tout de notion RH donc il a fallu que je me forme à la chasse de têtes.

Lorsque je suis arrivé, je me suis donné les moyens de suivre toutes les personnes qui travaillaient chez SO pour comprendre comment chaque personne fonctionnait, et ainsi en tirer des leçons personnelles afin d'adapter ma méthode de travail, que ce soit sur la partie commerciale, que sur la partie chasse de tête. Je suis monté rapidement en compétences sur la partie chasse de têtes, et au bout d’un mois sur la partie commerciale donc ç’a été assez rapide. J’ai pu me faire la main sur un de nos clients : une petite startup marseillaise, qui m’a donné pas mal de fil à retordre mais c’était une très bonne chose pour pouvoir anticiper les aléas du recrutement. Et à partir de là, j’ai commencé à travailler sur le développement de mon propre portefeuille client.

On est sur une très bonne dynamique et un très bon esprit d’équipe. Je pense que l’ensemble des collaborateurs sont satisfaits de cette équipe, bien que l’on ait des métiers très différents.

Il y a les chasseurs de tête, les commerciaux et la partie com. Des métiers très hétéroclites mais qui restent complémentaires les uns aux autres. Et sur l’aspect humain, on s’entend tous très bien ! C’est important de pouvoir rigoler au travail pour moi, juste pour montrer qu’on a de l’affection pour les différents membres de l’équipe avec qui on partage plus de la moitié de nos journées.

Le fait d’être bien dans mon travail, de bien m’entendre avec mes collègues et d’être stimulé par mes tâches quotidiennes, ça me pousse à me projeter le plus loin possible chez SO.

Flo : Quel enseignement penses-tu avoir retiré de ton expérience en tant que stagiaire chez SO ?

Ben : En premier lieu, ce que j’ai réellement apprécié au sein de Switch Over, c’est l’autonomie. Car proposer de l’autonomie à un stagiaire, ça ne va pas forcément le pousser à moins travailler, au contraire ! Il va être davantage motivé à l’idée de réussir dans les tâches qui lui incombent. Au-delà de ça, travailler dans une certaine méthode agile ça a aussi son importance car ça permet au stagiaire de se confronter à la réalité et aux problèmes opérationnels afin qu’ils puissent mieux anticiper à l’avenir. Je pense que faire des erreurs c’est essentiel pour pouvoir avancer par la suite.

 

Et aujourd’hui, je pense qu’il faut arrêter de croire que les grosses sociétés représentent l’avenir pour la jeunesse. Je pense que les jeunes ont davantage intérêt à s’intéresser aux petites sociétés. C’est aussi pour cette raison que j’ai choisi ce parcours, pour concrétiser mon ambition : diriger un jour ma propre entreprise. Ce ne sera pas forcément à court ou à moyen terme, mais aujourd’hui, mon objectif est celui-ci, donc on croise les doigts pour que toutes les compétences que j’aurai acquises durant ces nombreuses années seront suffisantes pour pouvoir arriver à réaliser ce projet.

De plus, pour moi qui n’avait aucune compétence RH sinon académiques, j’ai pu constater que le domaine du recrutement demande surtout du bon sens et des valeurs humaines.

Flo: Alors ce CDI, satisfait ?

Ben: On finit ses études, on a beaucoup de mal à se projeter dans le monde du travail. Quand on a fait beaucoup de stages, on ne sait pas ce qui fera la différence. Donc effectivement, je suis très content d’avoir décroché ce CDI et d’avoir pu faire la transition sans coupure. Je suis particulièrement satisfait d’avoir réussi ce premier mois car ça démontre qu’un bon stage n’est pas fait pour exploiter le stagiaire, c’est surtout l’occasion de lui donner une chance de montrer qu’il est prêt à relever des challenges et apte à sortir de sa zone de confort. Personnellement, je me remets en question quotidiennement. Je suis assez ambitieux pour pouvoir me placer des objectifs en dehors de cette zone et faire toujours plus pour tirer l’entreprise vers le haut.

Après, c’est quelque chose de très personnel, je ne pourrai pas reprocher à une personne qui ne partage pas mon avis de ne pas le faire mais il ne faut pas se leurrer, ça va aussi de pair, et quelque part, le fait que je sois en CDI aujourd’hui, ce n’est pas pour rien. On ne m’a pas pris pour mes beaux yeux ! (rires). J’ai su montrer ce dont j’étais capable et ce dont j’étais prêt à faire pour cette entreprise.

TENEZ VOUS INFORMÉ

Il est important que vous ayez pris un minimum connaissance du poste pour lequel vous postulez avant de passer l’entretien d’embauche.

Cela pourrait vous paraître incongru, voire pour le moins impensable, mais il arrive que certains candidats arrivent le jour de l’entretien sans avoir pris le temps d’étudier et de comprendre l’entreprise pour laquelle ils postulent. Evidemment, c’est une erreur à éviter si vous souhaitez réussir votre entretien.

En effet, cela fait toujours meilleure impression auprès de l’employeur ou du chargé de recrutement si vous montrez que vous portez de l'intérêt à l’entreprise et que vous avez pris le temps d’étudier son activité. En vous montrant intéressé, vous dégagerez automatiquement une image de personne motivée.

L'IMPORTANCE DE L'ADÉQUATION ENTRE VOTRE PERSONNALITÉ ET L'IDENTITÉ DE L'ENTREPRISE 

Le but n’est pas de faire un exposé de la société, il faut être subtil, car le recruteur connaît déjà son historique. L’idée est de prendre conscience que vous allez intégrer une structure qui possède une certaine identité et que de cette identité découle tout un environnement de travail, avec les valeurs qui lui sont rattachées. Ainsi l’idée est de démontrer que votre personnalité est en corrélation avec ces valeurs, si tel est le cas. 

De ce fait, pensez à récupérer toutes les informations qui pourront se révéler utiles lors de l’entretien, à travers les différents biais et canaux d’informations qui sont mis à votre disposition, en commençant par internet, bien évidemment, mais également à travers les différentes coupures de presse ou les différents témoignages exprimés par les collaborateurs de l’entreprise.

Florian DAVID
Chargé de communication

RESTEZ VOUS-MÊME

On ne vous le dira jamais assez, mais il est capital que vous restiez naturels lors de votre entretien d’embauche. Les recruteurs n’attendent pas de vous que vous correspondiez à l’archétype du parfait petit candidat tel qu’il est dépeint dans l’imaginaire collectif. Au contraire, cela aura plutôt tendance à les rebuter. Nous ne pourrions que vous conseiller de rester vous-mêmes, et de faire preuve d’originalité. Exit les phrases toutes faites, et les adjectifs galvaudés de type « motivé, dynamique, rigoureux… ». A moins que votre dynamisme soit réellement l’une de vos principales qualités et que l’information se révèle pertinente avec le poste convoité, misez plutôt sur vos qualités réelles, ainsi que sur des informations utiles et originales.

SOYEZ IMAGINATIF

Et si quand bien même, vous possédez ces qualités et qu’elles se révèlent pertinentes avec le poste convoité, optez pour une façon plus subtile, personnelle et originale de les exposer. N’hésitez pas à oser la métaphore et à imager votre discours. Comme l’explique Homère Jouard dans son article « Les qualités qui plaisent vraiment aux recruteurs » (1) publié sur le site keljob, plutôt que de dire « je suis rigoureux », vous pourriez opter pour une formulation de type : « Soucieux des détails, je veille toujours au respect des délais et à la vérification des informations. »

Nous sommes d’accord, cela revient au même. Pour autant, cette formulation aura plus d’impact auprès du recruteur car il n’aura pas l’habitude de l’entendre. Les mots ont une importance, et votre discours n’en sera que plus impactant s’il est original et bien ficelé.

1. https://www.keljob.com/editorial/chercher-un-emploi/mener-sa-recherche-demploi/detail/article/les-qualites-qui-plaisent-vraiment-aux-recruteurs.html

Florian DAVID
Chargé de communication

Switch Coaching #2

Switch Coaching #1

Switch Comics #1 - Venez comme vous êtes !

Switch Comics #2 - L'attaque des clones !

Switch Comics #3 - Nous privilégions la qualité !

Switch Comics #4 - La déshumanisation du recrutement !

Switch Comics #6 - L'évolution de la chasse aux oeufs !

[pt_view id= »a4b5750jok »]